FEMMAS
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
FEMMAS

Bienvenue sur femmas, Femmas a pour but de rassembler les gens , sortir ensemble , faire des activités ensemble , disculter de tous les sujets....https://www.facebook.com/contrelaviolenceeee?ref=hl

Le Deal du moment :
[Vente flash]Batterie externe 26800 mAh à ...
Voir le deal
22.90 €
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur la barre de son Yamaha YAS-108
179.99 € 299.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

l'homosexualité est elle un choix

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1l'homosexualité est elle un choix Empty l'homosexualité est elle un choix le Jeu 12 Jan - 2:47

chaotica

chaotica
Admin
c'est un choix pour vous ou dirai c inné de l'etre ou acquis



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

chaotica

chaotica
Admin

https://femmas.forummaroc.net

Kremlane

Kremlane
Sans commentaire

chaotica

chaotica
Admin
si vous avez des articles, videos merci de les partager



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

lolitta

lolitta
TELQUEL publie un article sur les lesbiennes marocaines si vous souhaitez le procurer , Les articles de ce numéro seront mis en ligne
le 17 février 2012

Mimiscule

Mimiscule
Seule la communauté LGBT peut répondre à cette question... Pour nous autres, il ne s'agit que de spéculation car non-directement concernés!

Mélancolie

Mélancolie
Les “causes” de l'homosexualité font débat. Pendant des siècles, on a considéré que ce comportement était un défi lancé à une sexualité destinée avant tout à la reproduction de l'espèce humaine. C'est la perception courante, particulièrement celle des institutions religieuses, qu'elles soient juives, chrétiennes, musulmanes ou bouddhistes. Ne serait-on pas devant une négation de la différence des sexes présente dans l'ordre naturel, et donc voulue par Dieu ? Ne va-t-on pas freiner, voire arrêter, la procréation ? Pourtant, depuis le développement de la psychologie et surtout de la psychanalyse, on sait que l'homosexualité n'est pas d'abord un choix libre, mais une orientation affective et sexuelle qui s'impose aux individus. Parfois ils peuvent la mettre en relation avec leur histoire personnelle, parfois non. Aimer ou éprouver une attirance physique pour des personnes de même sexe est d’abord un fait, et non pas une transgression volontaire. C’est ainsi, et c’est vécu plus d’une fois de façon dramatique – comment pourrait-il en être autrement dans le contexte social actuel ?

Mais la plupart des sociétés démocratiques du monde ont, ces dernières années, pris en compte cela et dépénalisé l'homosexualité. Elles ont avancé vers une égalité des droits qui, à son tour, contribue à une acceptation plus grande par l’opinion publique. Des personnages politiques de premier plan, comme l'actuel maire de Paris, ont été élus sans cacher leur homosexualité. Le Maroc va-t-il suivre cette voie, la refusera-t-il en bloc, ou cherchera-t-il à trouver sa propre voie ? Ton désir, notre combat, c'est qu'un jour proche, la législation et les mœurs de notre pays puissent suivre, ou du moins s’inspirer du chemin qu'ont pris, ces dernières années, de nombreuses sociétés occidentales mais aussi, par exemple, celle de l'Afrique du Sud. Une telle voie est-elle possible aujourd’hui au Maroc ?.

Il faut dire que nous autres Marocains ne sommes pas très lucides sur certains de nos comportements. Notre grand souci de la pudeur fait que la plupart d’entre nous vivent en général dans des espaces où hommes et femmes sont séparés. Mais, alors que l'homosexualité est fortement condamnée, nous vivons dans un climat qu'on peut qualifier de très “homo-sensuel”. Si les gestes d'affection entre hommes et femmes sont prohibés en public, ils sont en revanche considérés comme normaux entre hommes ou entre femmes ! Nulle part autant qu'au Maghreb, les hommes ne se touchent et s’embrassent autant et aussi affectueusement ! Mais ne serait-ce pas là, même s'il ne s'agit pas d'homosexualité “génitale”, un prolongement ou une forme “atténuée” ou imparfaite d’homosexualité ? Ainsi le perçoit en tout cas le regard occidental. J’entends les cris d’horreur ! Et pourtant ! Nous devons, maintenant que nous sortons de la société traditionnelle, regarder ces questions en face et de façon responsable.

Mais plutôt que de comprendre, d’expliquer et de légiférer, on préfère “diaboliser”. C'est tellement plus simple de décréter que ce que nous n'aimons pas, pour diverses raisons, “c’est la faute des autres”. Je m'interroge vraiment sur les fondements de cette incompréhensible haine que beaucoup de gens vouent à l’homosexualité et aux homosexuels. Cette haine incompréhensible est-elle motivée par l’angoisse que les homosexuels sapent les fondements de la famille ? Pourtant, quand on lit attentivement ta lettre, on ressent le grand respect que tu lui portes. Dans la demande de reconnaissance de ce que tu es, tu ne manifestes aucun désir de voir s'effondrer le “modèle hétérosexuel” grâce auquel, au demeurant, tu es venu au monde ! En réalité, cette incompréhension, si répandue dans l'ensemble de notre société, est sans doute le résultat de toutes les frustrations accumulées, particulièrement les frustrations sexuelles. Il faut y voir, me semble t-il, un exutoire commode, comme l’a montré l'ahurissante et inquiétante histoire de Ksar El-Kébir, en novembre 2007. Il faut peu de choses pour faire jaillir la violence, la colère et la haine de beaucoup de nos concitoyens !

chaotica

chaotica
Admin
je dirai que depenaliser l'homosexualité dans tous les pays c quasiment impossible surtout dans les pays musulmans , meme dans les pays les plus democratiques nous nous autorisons pas le mariage entre les homos par contre ils peuvent vivrent en concubinage à ma connaissance



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

chaotica

chaotica
Admin
lolitta a écrit:TELQUEL publie un article sur les lesbiennes marocaines si vous souhaitez le procurer , Les articles de ce numéro seront mis en ligne
le 17 février 2012

voici l'article publié sur tel quel :

Même en étant moins sujettes à l’opprobre et à l’homophobie, elles vivent leur orientation sexuelle plus discrètement, en cultivant des codes qui leur sont propres. TelQuel zoome sur un phénomène de société qui intègre de plus en plus la réalité marocaine.



Elles sont jeunes et jolies. Certaines sont même à mille lieux du cliché de la “moche mal baisée”. Elles n’ont été violées ni par un père ni par
un frère, encore moins par un inconnu, et n’ont pas connu de désastre amoureux au point de boycotter les hommes ad vitam aeternam. Elles sont lesbiennes, tribades, saphiques, goudous, zamlate… Des femmes qui aiment les femmes, juste comme ça, parce qu’elles sont nées avec le numéro 6 gravé dans les gènes, celui de l’homosexualité exclusive sur l’échelle de Kinsey, fondateur du premier institut pour la recherche sur le sexe. Elles font jaser tout comme leurs homologues masculins bien qu’elles soient mieux tolérées que ces derniers et militent à leurs côtés pour la même cause, en l’occurrence la suppression de l’article 489 du Code pénal qui incrimine leur nature et la punit de peines de prison allant de six mois à trois ans ou à des amendes allant de 120 à 1200 dirhams. Bien qu’elles en pâtissent moins, chanceuses dans une société qui glorifie le masculin et rabaisse le féminin quand il hante le sexe fort, elles vivent discrètement mais sans être cachées.

Les toilettes, le Net, la real life
“Je ne fais jamais de rencards, toutes mes premières rencontres se passent en groupe de trois personnes minimum”, raconte Hanane dans un élan de prudence. Avisée à raison car, souvent, c’est un visage inconnu qu’elles ont au bout du fil d’un numéro glané dans les murs des toilettes d’un café restaurant chic, ou derrière un profil Facebook qui a de fortes chances d’être un faux. De la mineure excitée après avoir vu deux épisodes de la série The L word au potentiel agresseur, en passant par le type frustré caché derrière un profil de lesbienne sexy, elles ne sont jamais très sûres de sur qui elles vont tomber.
Afin de réduire ces contraintes, elles ont créé des espaces cybernétiques dont les membres sont authentifiées avant acceptation, que ce soit les forums – Lesbiennedumaroc.net est relativement fréquenté par les mêmes inscrites depuis sa création en 2008 – ou les groupes fermés, voire secrets, sur Facebook où il faut montrer patte blanche avant d’y accéder. Au-delà du simple lieu de rencontres, ils font office de supports de bons plans en rapport avec les lieux les plus gay friendly – quelques bars et cafés connus au sein de la communauté, répartis entre Casablanca et Rabat – et les soirées exclusivement féminines organisées au sein des boîtes de nuit branchées, généralement les mercredis soir et plus fréquemment à l’approche du 8 mars, qu’on appelle les “girls night out”.

Gaydar mode ON
Dans l’espace public, un autre problème se pose : comment reconnaître une lesbienne et l’approcher sans risquer un scandale ? C’est ce à quoi sert le gaydar, sorte de radar servant à repérer les personnes de même orientation sexuelle. La probabilité qu’une lesbienne tombe sur sa semblable se réduit à mesure que la “cible” se féminise. Elle a les cheveux très courts et porte une veste de motard ? Indubitablement gay. Elle a les cheveux longs avec des vêtements sobres et pas de maquillage ? Il y a de fortes chances qu’elle le soit. Elle porte jupe, maquillage et vernis aux ongles ? Très peu probable. En cas de doute, il suffit d’insister sur le regard, comme l’explique Ghita : “Pour celles qui sont plus féminines, cela reste assez délicat, mais les fois où ma cible a mordu à l’hameçon c’était grâce à des regards, plutôt insistants, suivis d’un sourire persuasif”. Ensuite vient le toucher, - le bras, les cheveux, le visage puis les mains, continue Ghita. Dans cet ordre-là, tellement évoqué qu’on pourrait croire à une sorte de code imposé par la discrétion. “La tendresse est une caractéristique féminine, deux femmes qui se caressent mutuellement passent inaperçues”, confirme le psychologue Aboubakr Harakat.

Not so safe sex
Tandis que la pornographie dépeint les rapports sexuels entre femmes en concordance avec les fantasmes hétéros (séances orgiaques où des bimbos en dentelles s’amusent avec des sextoys avec, comme fond sonore, des gémissements à peine crédibles), le sexe lesbien est avant tout charnel. Baisers, caresses et effleurements, elles avouent s’y attarder plus que dans un rapport hétéro.
Qu’en est-il de l’orgasme ? Dans l’Antiquité, les lesbiennes étaient appelées “tribades”, de tribadisme qui signifie frottement. Depuis, ce terme, tombé en désuétude, définit une pratique sexuelle masturbatoire. Plus explicitement, cette position consiste en un emboîtement de jambes, qu’on peut vulgairement appeler “position du ciseau”.
La pénétration, même fustigée par beaucoup de lesbiennes, a elle aussi sa place de choix. Elles la pratiquent -au besoin avec des sextoys importés sous le manteau de l’étranger- dans l’ignorance totale du safe sex mode lesbien. Serait-ce parce que la transmission des maladies est inconsciemment associée à la pénétration pénienne ? “Pas forcément, note Aboubakr Harakat, elles ne doivent pas être à la page, tout comme les couples hétérosexuels il y a quelques années”. Fort probable car parmi les lesbiennes interrogées, aucune n’était au courant de l’existence de la digue dentaire – ce carré de latex utilisé en chirurgie dentaire dont on peut détourner l’usage initial au profit de la protection contre les MST, en le positionnant sur la vulve avant le début du rapport - ni de sa version cheap et accessible découpée en forme de carré sur un préservatif.

Egalitaires jusqu’au bout des ongles
Qu’elles soient butch, boi, fem ou lipstick (voir encadré), pour les lesbiennes marocaines c’est d’abord une question d’affinités esthétiques. Selon elles, le clivage active/passive est une pure caricature hétérosexuelle, y préférant une relation égalitaire. “Si je voulais jouer aux couples hétéros, je pourrais sortir avec un mec, au lieu de sortir avec une fille et m’attribuer un jeu de rôle par la suite. Cela serait plus facile, en plus !”, raconte Loubna, 30 ans. Rien à voir donc avec leurs consœurs occidentales qui, en s’attribuant des rôles genrés (en campant l’une, le rôle de la femme et l’autre, celui de l’homme) prouvent davantage que le genre est une construction sociale. Au Maroc, elles naissent femmes et le restent, ne serait-ce que par souci de confort, comme l’avoue Karima : “Il m’est arrivé de rencontrer des filles totalement soumises et cela m’a gravement déplu parce qu’avec le temps et en prenant toujours l’initiative, que ce soit au lit ou ailleurs, j’ai fini par avoir l’impression d’être un robot”.

Quid de la lesbophobie
Une conception sommaire, mais très répandue, réduit le rapport sexuel à une pénétration pratiquée avec un pénis. “L’homosexualité féminine est considérée comme superficielle car elle ne nécessite pas la présence d’un pénis et, de ce fait, exclut le rapport de domination” note Aboubakr Harakat. En effet, les homosexuelles n’en disposant pas, leur sexualité n’en serait pas vraiment une, et ne met donc pas l’hétérosexualité en danger. En outre, du point de vue de l’hétérosexuel de base, leur sexualité, source intarissable de fantasmes, est perçue comme incomplète. Pour preuve, la pornographie mainstream l’exploite abondamment, en ne manquant pas de terminer ces scènes par l’intervention d’un homme, comme si leurs ébats n’étaient qu’un prélude à quelque chose de plus sérieux.
La haine à l’encontre des lesbiennes apparaît quand elles sont masculines ou désexualisées ; rebutant les femmes par un désir paraissant sale à qui ne l’éprouve pas, et haïes par les hommes qui y voient un défi à leur virilité puisqu’elles n’ont besoin d’eux ni pour jouir, ni pour aimer, encore moins pour vivre. Toujours est-il qu’elles sont mieux loties que leurs homologues masculins, car quand violence il y a, elle demeure verbale et se limite à des insultes allant de “zoufri” (gaillard) à “zamla” (homosexuelle) ; ce qui, il faut l’avouer, reste loin de la menace de tabassage et de viol qui plane au-dessus des homosexuels masculins. Très loin même.

Témoignage. Seule contre tous
“Je suis une lesbienne casablancaise de 26 ans issue de la classe moyenne. J’ai toujours été consciente de mon homosexualité ; j’aimais la compagnie des amies de ma sœur quand elles venaient à la maison et, même assez jeune, il m’était toujours difficile de détacher mes yeux des corps de jeunes filles à la plage. Mais je ne me suis assumée que vers l’âge de 16 ans, quand je suis tombée éperdument amoureuse d’une camarade de classe au lycée. J’ai un look très féminin et soigné, ce qui complique mes tentatives de drague ; au mieux je passe inaperçue auprès des lesbiennes, au pire elles ne me prennent pas au sérieux. Je n’ai pas de genre prédéfini, mais je préfère fréquenter les filles féminines comme moi pour éviter d’attirer l’attention en public. Le sexe n’est pas une priorité pour moi, je lui préfère l’amour et le partage, si bien que je n’ai eu des expériences sexuelles qu’avec très peu de filles. Personne dans mon entourage proche n’est au courant de mon homosexualité et je n’envisage aucunement de faire mon coming out ; de toute manière, cela ne servirait à rien vu que je passe inaperçue. Je préfère continuer à vivre ma vie tranquillement, dans mon petit monde avec mes amies lesbiennes. En revanche, j’aimerais goûter à la maternité un jour. Devenir maman d’une petite fille est mon rêve le plus cher. Pour ce faire, je compte me marier le temps de tomber enceinte et divorcer ; l’adoption pourrait attirer les regards sur moi et amener mes parents à se poser des questions. Je préfèrerais l’élever toute seule plutôt que de partager ma vie avec un homme”.

Codes. Lexique saphique
LGBT : Sigle pour “Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels”.
Butch : Abréviation de “butcher” (boucher en anglais). La lesbienne butch correspond au garçon manqué, ou de façon plus caricaturale à la camionneuse. Avec ses cheveux très courts, sa veste en cuir et éventuellement sa moto, elle se distingue par une allure, un look et des hobbies typiquement masculins.
Stone butch : La version extrême de la “butch”, lesbienne très masculine qui séduit les femmes et leur apporte du plaisir sans réciprocité.
Fem : Abréviation de “femme” ou de “féminine”. Homosexuelle cultivant une allure très féminine, au point de passer inaperçue auprès de ses acolytes.
Boi : Déformation de “boy”, signifiant garçon en anglais. A mi-chemin entre la butch et la fem, elle est souvent mineure et peut donc jouer avec son androgynéité, drapant ses formes encore balbutiantes d’habits sportswear masculins. C’est la série télévisée The L word qui a popularisé ce style au sein de la communauté, avec le personnage de Shane, campé par Katherine Moenning.
Lipstick : Mot anglais signifiant “rouge à lèvres”. Synonyme de lesbienne chic, qui a la féminité plus exacerbée que la fem, des revenus confortables et une place de choix dans la société.
Gaydar : Contraction de “gay” et de “radar”. Décrit comme une intuition, voire une sorte de sixième sens, il est défini comme l’habileté à discerner qui est homosexuel de qui ne l’est pas.
The L word : Série américaine produite entre 2004 et 2008 par la chaîne câblée Showtime, mettant en scène les pérégrinations d’un groupe de lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles glamour et leur entourage, dans la ville de West Hollywood près de Los Angeles.
Gay friendly : De gay (homosexuel) et friendly (amical). Anglicisme référant aux endroits, politiques, personnes et institutions favorables et ouvertes aux homosexuels.
Lezmovie : Contraction des mots anglais “lesbian” et “movie” (film). Sous-genre cinématographique plaçant l’intrigue au sein d’une communauté lesbienne ou mettant en scène une histoire d’amour entre deux femmes.

Histoire. Une question de patrimoine…
Al-liwat, mot signifiant sodomie homosexuelle, doit son origine à Loth dont l’histoire est relatée dans plusieurs sourates du Coran. Son peuple fut exterminé par un cataclysme à cause de la fornication qu’ils exerçaient entre eux, allant jusqu’à violer les nouveaux venus de leur ville. L’histoire s’arrête ici, sans reconnaître l’anecdote de la grotte.
Toutefois, la Genèse nous apprend ce qui s’est passé après la destruction de Sodome et Gomorrhe. Loth finit par se réfugier dans la montagne avec ses deux filles. Celles-ci, encore vierges, prennent une résolution : “Faisons boire du vin à notre père et couchons avec lui, afin que nous conservions la race de notre père”. Ce qu’elles font, deux nuits de suite, sans qu’il ne se rende compte de rien. Les deux filles de Loth “devinrent enceintes de leur père” et de ces unions naîtront deux fils, fondateurs des lignées des Moabites et des Ammonites. L’homosexualité masculine est donc considérée, par la Bible, comme étant infiniment plus grave et condamnable que le viol incestueux.
De l’autre côté, l’homosexualité féminine n’est condamnée qu’une seule fois dans le Coran. “Celles de vos femmes qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d’entre vous. S’ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu’à ce que la mort les rappelle ou qu’Allah décrète un autre ordre à leur égard” (Sourate Annissa’e, verset 15). Toujours est-il que la séquestration est un châtiment moins cruel que la pluie de feu ou la lapidation.
Deux poids deux mesures, donc, selon que l’homosexualité soit féminine ou masculine. La question qui se pose est : pourquoi ? “Dans un rapport sexuel lesbien, il n’y a pas de patrimoine perdu car il n’y pas de sperme gaspillé”, répond le sociologue Abdessamad Dialmy. L’acte est donc condamné en fonction de son degré de conformité avec les fondements du patriarcat et la transmission de “patrimoine”.

Source : http://www.telquel-online.com/509/couverture_509.shtml.









l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

chaotica

chaotica
Admin
l'homosexualité est elle un choix Index11

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a rejeté samedi les appels au respect des droits des homosexuels du Premier ministre britannique David Cameron, lui disant d'"aller en enfer".

"La nature est la nature. Elle a créé le mâle et la femelle. Vous, David Cameron, suggérez-vous que vous ne savez pas ça, ou est-ce qu'il y a une sorte de démence, ou cela fait-il partie de la culture des Européens?", s'est interrogé M. Mugabe devant des milliers de partisans rassemblés pour fêter son 88ème anniversaire dans un stade de Mutare (est).

"Selon leurs journaux, c'est l'un de mes péchés. Que j'ai dit qu'ils (les gays) étaient pire que les porcs et les chiens parce que les porcs savent qu'il y a des mâles et des femelles. C'est même dans la Bible: vous créez grâce au système du mariage", a argumenté le président zimbabwéen, un catholique pratiquant.
«Chien»

"Voilà comment nous sommes nés, c'est pourquoi nous rejetons catégoriquement cela et vous disons d'aller en enfer", a-t-il lancé au Premier ministre de l'ancien colonisateur de son pays.

"Je vais même pas l'appeler un chien parce que mon propre chien va se plaindre", a-t-il ajouté.

David Cameron a déclaré lors d'un sommet du Commonwealth l'an dernier que ses partenaires devraient respecter les droits de l'Homme, y compris les droits des homosexuels, pour pouvoir bénéficier de l'aide britannique.
Diatribe

La question a refait surface alors que le Zimbabwe doit se doter d'une nouvelle Constitution, des opposants au président ayant suggéré de suivre l'exemple du voisin sud-africain en garantissant les droits des homosexuels dans la Loi fondamentale.

"Nous n'accepterons pas cela", a assuré M. Mugabe.

"S'il vous plaît, jeunes hommes et jeunes femmes, vous n'avez pas la liberté pour les hommes d'épouser des hommes et pour les femmes d'épouser des femmes. Vous avez la liberté pour les hommes d'épouser des femmes. C'est la liberté de Dieu. C'est ce qui nous a créés, vous et moi", a lancé le vieux président, dont la croisade contre l'homosexualité est devenue une marque de fabrique.

Sa dernière diatribe survenait samedi alors que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a à nouveau appelé les pays africains à respecter les droits des homosexuels, lors d'une visite en Zambie, pays voisin du Zimbabwe.



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

chaotica

chaotica
Admin
الجمعيات الإسلامية ومهاجرون مغاربة تنجح في التصدي لحفل زواج لمثليين بسبتة المحتلة

رضى سعيد ـ هبة بريس

ألغت جمعية تدافع عن المثليين في سبتة السليبة حفلا كان مقررا من أجل عقد قران مهاجرين إفريقيين من نفس الجنس نزيلين في أحد مراكز الإيواء بالمدينة المحتلة.



واضطرت الجمعية إلى نقل حفل القران بين المهاجرين المثليين، وهما من جنسيتين غابونية وكاميرونية، إلى مدريد، حسي ما أفادت به مصادر إعلامية لتفادي احتجاجات الجمعيات الإسلامية ومهاجرين مغاربة نزلاء في المركز.



الجدير بالذكر أن سبتة السليبة أصبحت في الآونة الأخيرة، المقصد المفضل للمثليين الأفارقة والذين يجدون كل المساعدات من أجل تنفيذ ما ينوون القيام به، بل أكثر من ذلك فإن جمعية "كيف كيف"، للمثليين المغاربة والتي تنشط في إسبانيا، كانت قد شهر نونبر الماضي، تنظيم حفل خاص بها في المدينة نفسها، دعت إليه مثليين من مدن مغربية مختلفة، لكنها لم تفلح في ذلك.



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

chaotica

chaotica
Admin
Les drames intimes de l'homosexualité:

REPORTAGE - Le refuge, dans le 12e arrondissement de Paris, accueille de jeunes gays et lesbiennes en difficulté...

Les gays et lesbiennes découvrent leur homosexualité à 15 ans en moyenne contre 17 ans en 1984, date de la première étude en France. Mais ils font leur coming out (le fait de se déclarer homosexuel) plus tard qu'il y a trente ans, entre 20 et 22 ans en moyenne. C'est le premier constat d'une récente enquête sociologique publiée sous l'égide du Refuge, une association française venant en aide aux jeunes victimes d'homophobie. Surtout, le parcours de l'homosexuel reste difficile, voire chaotique: 30% des personnes qui ont répondu à l'enquête déclarent avoir déjà fait une tentative de suicide.

En poussant les portes de l'antenne parisienne du Refuge, dans le 12e arrondisssement de Paris, on entrevoit ce qui a pu les y pousser. Hassan* est hébergé depuis un an par l'association. Son frère a découvert un jour une photo de lui et de son ami. Celui-ci est devenu fou de rage, à tel point que sa belle-sœur a appelé Hassan et lui a dit de ne plus revenir.
Menaces de mort

Ce Tunisien en terminale n'a qu'un objectif, trouver un travail pour être vite indépendant. «J'ai trois frères en France qui me menacent de mort, j'ai déposé une main courante, j'ai changé de numéro, mais là, je viens de recevoir un appel: ils veulent venir me trouver à mon lycée.» Sofiane*, un Marocain de 26 ans, est lui rongé par le dilemme entre révéler son homosexualité et garder un lien avec sa famille, musulmane et peu à même selon lui de le comprendre. «J'ai fait semblant de rien pendant des années, je riais aux blagues homophobes de mes amis, mais là, je ne supporte plus de mentir.»

«Le rejet par la famille n'est pas forcément d'origine religieuse», précise Médéric Michaud, délégué régional du Refuge Paris Ile-de-France, qui accueille trois nouveaux jeunes chaque semaine. «Cela peut être culturel. Et cela concerne toutes les catégories socioprofessionnelles.» Xavier a vécu des mois en se faisant héberger tous les soirs chez de nouvelles conquêtes. Il vient de connaître, pour ses 19 ans, un happy end surprenant: «Mon père, qui m'avait chassé, est venu me chercher et m'a appris sa propre homosexualité.»

http://www.20minutes.fr/article/896113/drames-intimes-homosexualite



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

13l'homosexualité est elle un choix Empty pas juste le Lun 12 Mar - 11:33

cocktail de folie

cocktail de folie
|mmemorial-g|rl a écrit:je dirai que depenaliser l'homosexualité dans tous les pays c quasiment impossible surtout dans les pays musulmans , meme dans les pays les plus democratiques nous nous autorisons pas le mariage entre les homos par contre ils peuvent vivrent en concubinage à ma connaissance


Au 11 mars 2012, 10 pays démocratiques ont légalisé, sur l'ensemble de leur territoire, le mariage pour les personnes homosexuelles : les Pays-Bas (2000), la Belgique (2003), l'Espagne (2005), le Canada (2005), l'Afrique du Sud (2006), la Norvège (2008), la Suède (2009), le Portugal (2010), l'Islande (2010) et l'Argentine (2010). On peut ajouter également deux pays démocratiques qui l'ont légalisé sur une partie de leur territoire (à ce jour) : les États-Unis (Connecticut, Iowa, Massachusetts, New Hampshire, New York en 2011, Vermont en 2009, État de Washington en 2012, Maryland en 2012), la capitale Washington, D.C.) et le Mexique (district fédéral de Mexico et Etat du Quintana Roo en 2011)

chaotica

chaotica
Admin
adilsoumis a écrit:
|mmemorial-g|rl a écrit:je dirai que depenaliser l'homosexualité dans tous les pays c quasiment impossible surtout dans les pays musulmans , meme dans les pays les plus democratiques nous nous autorisons pas le mariage entre les homos par contre ils peuvent vivrent en concubinage à ma connaissance


Au 11 mars 2012, 10 pays démocratiques ont légalisé, sur l'ensemble de leur territoire, le mariage pour les personnes homosexuelles : les Pays-Bas (2000), la Belgique (2003), l'Espagne (2005), le Canada (2005), l'Afrique du Sud (2006), la Norvège (2008), la Suède (2009), le Portugal (2010), l'Islande (2010) et l'Argentine (2010). On peut ajouter également deux pays démocratiques qui l'ont légalisé sur une partie de leur territoire (à ce jour) : les États-Unis (Connecticut, Iowa, Massachusetts, New Hampshire, New York en 2011, Vermont en 2009, État de Washington en 2012, Maryland en 2012), la capitale Washington, D.C.) et le Mexique (district fédéral de Mexico et Etat du Quintana Roo en 2011)

merci pr l'info , tu mets ta touche sur le forum



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

hajaritta1

hajaritta1
Very Happy

samiamars

samiamars
no comment

chaotica

chaotica
Admin
voici un magasine qui sera publié sur les homos :Aswat Magazine LGBT sinn voila le lien sur facebook



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

chaotica

chaotica
Admin



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

Kremlane

Kremlane
Bonne initiative. Évidemment, ça rencontrera pas mal de d'obstacles, d'après ce que j'ai lu on peut accéder aux articles sur le web, et non pas aux kiosques(faut pas rêver).

chaotica

chaotica
Admin
hahhahahha pk po le kiosque c un magasine comme les autres oups j ai rien dit il faut l 'acheter mais en cachette



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

hajaritta1

hajaritta1
bnne initiative

Kremlane

Kremlane
hajaritta1 a écrit:bnne initiative
ne9ala :p

Kremlane

Kremlane
|mmemorial-g|rl a écrit:hahhahahha pk po le kiosque c un magasine comme les autres oups j ai rien dit il faut l 'acheter mais en cachette

Cool alors

hajaritta1

hajaritta1
http://aswatmagazine.blogspot.com/ voila le lien pour savoir ce qui a été partagé

chaotica

chaotica
Admin
إحتضنت جوهنسبورغ بجنوب إفريقيا يوم الجمعة 13 أبريل الجاري مسابقة " سيد جمال الشواذ" وعرفت مشاركين من كل الجنسيات بما فيها العربية.

وتوج النيوزلندي" ديرليث" باللقب بعد أن حصل على المركز الاول.

وذكرت صحيفة الإندبندنت البريطانية في عددها ليوم السبت 14 أبريل أن المسابقة عرفت مشاركين من مختلف الجنسيات، وكان حضور الجنسيات العربية متمثلا في كل من الجزائر، والمغرب والسوادن، إضافة إلى مجموعة من العرب من منطقة الخليج.

وأشارت الصحيفة أن مصريان مثليان تنافسا في مسابقة ملك جمال الشواذ، وحصل “بسام قدري”، وهو مصري مقيم في السويد ويبلغ من العمر 21 عاما على المركز الخامس بينما حصل المصري الثاني “سمير عزام” ويقيم في القاهرة 25 عاما على المركز الحادي
عشر
.
http://hibapress.com/images/1542012-e9cbc.jpg



l'erreur est humaine alors faisons preuve de clémence
https://femmas.forummaroc.net

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum